L’Indonésie classe l’homosexualité comme maladie mentale

Alors qu’un projet de loi visant à criminaliser le sexe homosexuel est introduit au parlement du pays, l’Indonésie a décidé de classer en février dernier l’homosexualité au rang des « maladies mentales ».

Le ministère de la Santé du pays a annoncé vendredi qu’il était sur le point de publier un guide médical basé sur deux rapports réalisés ces deux dernières années, l’un par l’Association des psychiatres d’Indonésie et le second émanant du ministère lui-même.

« Les gays et les bisexuels sont exposés à des problèmes émotionnels tels que la dépression due à des crises d’identité alors que les transsexuels sont susceptibles de souffrir de maladies mentales », lit-on dans le premier tandis que le second affirme que « l’homosexualité est contraire à l’éthique du pays ».

Actuellement, l’homosexualité est légale en Indonésie, à l’exception de la province d’Aceh, où la charia est appliquée. Mais si le nouveau projet de loi est adopté au parlement du pays, les relations homosexuelles pourraient devenir illégales dans tout le pays.

La loi pourrait être votée dans les deux prochaines semaines. Le projet de loi, qui a le soutien des 10 principaux partis politiques du pays, rendrait les rapports homosexuels passibles de cinq ans de prison.