Paris veut devenir une capitale davantage gay-friendly

La mairie de Paris va lancer une série d’initiatives en faveur de la communauté LGBT pour devenir une capitale plus accueillante. Label gay-friendly pour les établissements touristiques, développement de l’offre culturelle et festive, valorisation de la lutte contre l’homophobie font partie des mesures à l’ordre du jour.

Dès 2018, Paris honorera des personnes qui défendent les droits des homosexuels, une des multiples initiatives proposées dans un rapport présenté à la maire PS Anne Hidalgo pour faire de la capitale, qui reçoit les Gay Games en 2018, une ville davantage « LGBTIQ-friendly ».

Développement du tourisme homosexuel, aide à la lutte contre l’homophobie, valorisation de la mémoire historique de la communauté, etc, sont quelques-uns des grands chapitres d’un rapport, assorti de 52 recommandations, pour mieux accueillir les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels.

« Nous devons être plus visibles, audibles, entreprenants et audacieux », a indiqué Anne Hidalgo en recevant le rapport « Paris, ville phare de l’inclusion et de la diversité » commandé à l’élu parisien et conseiller régional Ile-de-France Jean-Luc Romero, en rappelant que Paris, ville des droits de l’Homme, était déjà « LGBTIQ-friendly ».

Paris « n’est pas une belle endormie mais n’est pas toujours au diapason des autres capitales parfois plus audacieuses » en matière d’accueil de la communauté gay, a indiqué Jean-Luc Romero dont le rapport note « l’image un peu plus terne » de la capitale française auprès du public gay comparée à celle de San Francisco, Montréal, Tel Aviv ou Madrid.

Parmi les initiatives acceptées par la maire de Paris, le rapport suggère de créer un « événement fort » chaque année le 17 mai, date de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie. Paris décernera ainsi la médaille de la Ville à des personnes en pointe dans la lutte contre l’homophobie. En préambule, Anne Hidalgo a remis ce mardi cet honneur aux associations Shams et ARDHIS.

Le rapport propose de développer l’offre festive et culturelle pendant quinze jours autour de la Marche des Fiertés, le dernier samedi de juin, avec une soirée officielle de clôture, des transports la nuit, un village associatif, etc. La tour Eiffel sera illuminée à cette occasion des couleurs du drapeau arc en ciel, emblème du mouvement gay à travers le monde.

Pour promouvoir le tourisme gay, qui génère d’importants revenus, le rapport propose de créer un label gay-friendly pour les établissements touristiques ou mettre en place des circuits historico-touristiques. Pour garder le caractère patrimonial du Marais, quartier gay emblématique qui perd son identité au profit des boutiques de luxe, le rapport propose de l’identifier comme un « Gay Village » avec bannière de bienvenue comme dans le quartier de Castro à San Francisco.

Intégrer la ville dans le calendrier des grands événements internationaux, organiser un grand bal gay le 13 juillet, trouver des lieux sur le territoire du Grand Paris pour accueillir des grandes fêtes, sont également proposés. Au chapitre de la mémoire, la Ville veut aider à la création d’un monument et à la mise en place d’archives gay.