L’accès aux médicaments contre le VIH gravement perturbé par la COVID-19 Juil06

L’accès aux médicaments contre le VIH gravement perturbé p...

Selon une nouvelle enquête de l’OMS menée avant la conférence de l’International AIDS Society, 73 pays ont signalé qu’ils risquaient de connaître des ruptures de stock d’antirétroviraux (ARV) en raison de la pandémie de COVID-19. Vingt-quatre pays ont indiqué que leur stock d’ARV était extrêmement faible ou que l’approvisionnement pour ces médicaments vitaux était perturbé. Cette enquête fait suite à une modélisation effectuée par l’OMS et l’ONUSIDA en mai, selon laquelle une interruption de six mois de l’accès aux ARV pourrait entraîner un doublement du nombre de décès liés au sida en...

Le traitement lopinavir-ritonavir inefficace contre la COVID Juil01

Le traitement lopinavir-ritonavir inefficace contre la COV...

L’association des médicaments antiviraux lopinavir et ritonavir, utilisée contre le virus du sida, n’a «pas d’effet bénéfique chez les patients hospitalisés pour le COVID-19», ont conclu les responsables du vaste essai clinique britannique Recovery. «Ces résultats préliminaires montrent que pour les patients hospitalisés pour le COVID-19 qui ne sont pas placés sous ventilation artificielle, (l’association) lopinavir-ritonavir n’est pas un traitement efficace», juge dans un communiqué le principal responsable de Recovery, le Pr Peter Horby, de l’université...

La prise de cabotegravir permettrait de prévenir la contamination par le VIH Mai25

La prise de cabotegravir permettrait de prévenir la contam...

L’injection d’un médicament appelé cabotegravir toutes les huit semaines permet de prévenir la contamination par le virus du sida. Les Instituts américains de santé (NIH) ont communiqué les résultats préliminaires d’un grand essai clinique lancé il y a plus de trois ans dans sept pays dont les États-Unis, le Brésil, la Thaïlande et l’Afrique du Sud. Les résultats sont très positifs. L’injection d’un médicament appelé cabotegravir toutes les huit semaines permet de prévenir la contamination par le virus du sida. L’efficacité de l’injection est supérieure de 69% à celle du Truvada, pourtant...

Le coronavirus et le sexe chez les gays Avr08

Le coronavirus et le sexe chez les gays

Des informations en toute genre, le plus souvent infondées, sur la transmission du coronavirus chez les gays circulent sur la toile et les réseaux sociaux. Petits rappels à l’ordre (des médecins) et conseils de principe. Depuis le début de la pandémie, de nombreuses organisations de santé sexuelle diffusent des conseils à la communauté LGBT. Elles préconisent par exemple de « faire une pause de la PrEP » si le confinement est à 100% respecté puisque les personnes concernées n’en auront pas besoin. Sauf si, bien entendu, ils partagent le même foyer avec d’autres personnes susceptibles d’être contaminées....

Coronavirus : à quoi ressemble le traitement anti-vih testé actuellement Mar26

Coronavirus : à quoi ressemble le traitement anti-vih test...

Un important essai clinique vient d’être lancé pour quatre traitements expérimentaux contre le coronavirus dans plusieurs pays européens dont la France. L’un d’entre eux, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, est déjà utilisé contre le VIH. Explications. Qu’est-ce le lopinavir en combinaison avec le ritonavir ? Il s’agit du « recyclage » d’un médicament contre le VIH, qui « consiste à bloquer la réplication du virus », selon le chercheur: « on s’est rendus compte que ça marche dans le tube à essai ». Cette combinaison a déjà été testée en Chine, mais...

Un deuxième patient atteint du VIH officiellement guéri Mar12

Un deuxième patient atteint du VIH officiellement guéri

Après une greffe de cellules souches, un patient atteint du VIH a été déclaré officiellement guéri. Il s’agit du deuxième cas au monde de guérison de cette maladie. Le patient, un homme connu comme le « patient de Londres » âgé de 40 ans, n’a présenté aucun signe du virus durant 30 mois, malgré l’arrêt des traitements antirétroviraux. Déjà, en mars 2019, le professeur Ravindra Gupta, de l’université de Cambridge, avait annoncé la rémission de cet homme diagnostiqué en 2003. Il avait toutefois appelé à la prudence. « Nous avons testé un nombre assez considérable de lieux où le...