Poitiers : 2 militants d’AIDES agressés Avr25

Poitiers : 2 militants d’AIDES agressés

A Poitiers l’association AIDES porte plainte après l’agression de deux de ses militants. Ces derniers ont été insultés et molestés en pleine opération de prévention vendredi dernier. Le 20 avril dernier, deux membres de l’association, accompagnés de deux Sœurs de la Perpetuelle Indulgence de Poitiers, sont en train de mener une action de prévention le long du boulevard Chasseigne. Le site est connu pour être un lieu de rencontre gay. En fin d’action, alors qu’ils sont en train de désinstaller leur stand de prévention, ils sont pris à partie par deux hommes. « Sale pédé on va te faire la peau », « baisse...

De la prison avec sursis pour avoir insulté et menacé de m...

Reconnue coupable d’avoir insulté et menacé de mort un couple d’hommes à la caisse d’un supermarché à Rueil-Malmaison, une jeune femme enceinte a été condamnée hier à 4 mois de prison avec sursis et 2.700 euros d’amende par le tribunal de grande instance de Nanterre. Rappel des faits. C’était le 3 mars dernier. A la caisse d’un carrefour market de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), une altercation banale pour savoir qui devait passer en premier dégénère. Annaïs, la jeune femme, partie chercher du beurre, s’aperçoit en revenant qu’un couple d’hommes est passé devant alors...

En Tunisie, 40% des footballeurs sont homosexuels

C’est ce que l’on appelle avoir du courage. Même s’il n’est plus arbitre, les propos de Nidhal (photo) risque de lui poser de nouveaux problèmes dans un pays homophobe comme la Tunisie. En déclarant que 40% des footballeurs sont homosexuels, celui qui a déjà fait trois mois de prison pour homosexualité ne devrait pas se faire que des amis. Dans une interview accordée à Carthage Plus, Nidhal, cet ancien arbitre de Ligue 1, revient sur les circonstances de sa mise à l’écart : « J’ai quitté l’arbitrage entre 2013 et 2014. A cette époque, j’ai présenté les documents à la Direction nationale d’arbitrage comme...

Weibo renonce à censurer les contenus homosexuels

Le « Twitter chinois », Weibo, qui avait annoncé la suppression de messages à caractère homosexuel sur la plate-forme, a finalement fait marche arrière face au mécontentement des utilisateurs. La communauté LGBT s’est indignée sur le réseau social à travers plusieurs hashtags revendicatifs. Certains messages de soutien, comme une vidéo de volontaires gays invitant des inconnus à les prendre dans les bras, ont été partagés plusieurs centaines de milliers de fois. Face à l’avalanche de posts, Sina Weibo a finalement annoncé que la censure « ne s’appliquerait plus aux contenus homosexuels » et a posté un message pour...

Chine : des contenus sur l’homosexualité censurés par Weibo Avr16

Chine : des contenus sur l’homosexualité censurés pa...

La plateforme chinoise de microblogs Weibo a annoncé qu’elle allait supprimer des contenus «sur l’homosexualité», un nouveau tour de vis sur l’internet local qui suscitait samedi un déferlement de messages protestataires d’internautes ralliés sous le mot-dièse: «#Je suis gay». Weibo a entamé une «campagne de nettoyage» des contenus «illégaux», visant notamment «les mangas et vidéos avec des implications pornographiques, promouvant la violence, ou (liés à) l’homosexualité», qu’il s’agisse «d’amours entre hommes ou d’histoires gay fictionnelles», selon un communiqué...

Denis Balbir suspendu par W9 pour ses propos homophobes Avr13

Denis Balbir suspendu par W9 pour ses propos homophobes

Les images sont apparues sur Twitter, à peine une heure après le coup de sifflet final d’un dantesque OM-Leipzig hier soir. Apparemment hors antenne, le commentateur de W9 Denis Balbir profère une insulte homophobe en direction des joueurs de Leipzig, battus par l’OM (5-2). Ses propos valent au commentateur d’être suspendu «à titre conservatoire» de la présentation de la compétition sur la chaîne. « Je suis bien content pour ces pédés-là (sic), arrogants au match aller, comment ils étaient sûrs de gagner… Enfoirés… » a-t-il lâché. Regardez Denis Balbir a présenté ses excuses pour «ces propos...