Quand WikiLeaks dépasse les limites !

wikileaks

Selon l’Associated Press, WikiLeaks a divulgué des informations sur des victimes d’abus sexuels et sur l’orientation sexuelle de certaines personnes. Un citoyen saoudien gay arrêté est ainsi mis en danger par ces révélations alors que l’homosexualité est passible de la peine de mort en Arabie saoudite.

La plupart des personnes contactées par l’AP, 23 au total, est également d’origine saoudienne. « Ils ont tout publié : mon numéro de téléphone, mon adresse, mon nom », a déploré un Saoudien interrogé par l’AP, indiquant que le site avait révélé les détails d’un litige relatif à la paternité entre lui et son ex-compagne. « Si la famille de ma femme voit ça… Publier des données personnelles de ce type peut ruiner (la vie) des gens. »

WikiLeaks a également publié des échanges secrets du ministère des Affaires étrangères saoudiens, parmi lesquels figurent au moins 124 dossiers médicaux. « Cela n’a rien à voir avec la politique ou la corruption », s’est emporté le Dr. Nayef al-Fayez, dont l’un des patients atteint d’une tumeur au cerveau est concerné.

Des données du Parti démocrate américain, ont aussi été dévoilées, incluant plusieurs dizaines de numéros de sécurité sociale ou de carte bancaire. Deux personnes affirment avoir été victimes de tentatives d’usurpation d’identité après la diffusion de ces informations tandis qu’un ancien diplomate affirme avoir dû changer de numéro après avoir reçu des menaces.

Le site, tout comme son fondateur Julian Assange, n’ont pu être joint par l’AP. WikiLeaks se refuse à toute censure, expliquant que « cela légitime la fausse propagande selon laquelle l’information est dangereuse ».