La police égyptienne traque les gays sur Grindr

grindr-500x350

Bien que l’homosexualité ne soit pas proscrite par le droit égyptien, les arrestations d’homosexuels pour « débauche », « immoralité » ou « mépris de la région » sont légion en Egypte. La police locale va jusqu’à les traquer sur les applis de drague gay pour procéder à leur arrestation.

The Jerusalem Post, qui rapporte une information émise par le magazine CairoScene, affirme que les sites dédiés aux rencontres entre homosexuels comme Grindr font ainsi l’objet d’une surveillance accrue.

« Il y a eu un certain nombre d’arrestations au cours des derniers mois liés à ces applications », confirme une source anonyme de la communauté LGBT en Egypte. Les policiers égyptiens dédiés à la filature des gays sur le Web n’hésitent plus à se servir des informations révélées publiquement par les utilisateurs des sites de rencontres, pour les géolocaliser puis les interpeller.

D’où l’appel à la prudence et à la discrétion lancée par les associations de défense des droits des homosexuels. En avril dernier, onze hommes ont été condamnés à des peines allant jusqu’à douze ans de prison ferme en raison de leur orientation sexuelle.